Logo

Bienvenue!

Devenez membres de mod4x4.com pour créer des liens avec les autres membres du site, former des groupes et gagner des badges.


Inscription

L'inscription est facile et rapide. Vous n'avez qu'à remplir les champs et votre inscription sera complété.

Mot de passe oublié?

Un nouveau mot de passe vous sera envoyé par courriel.

Connexion de membres

logo MOD 4X4

Eric Vigouroux, champion de rallye-raid

Texte de Isabelle Gagné, chroniqueuse MOD4x4.com

 

    eric Prénom : Eric

      Nom : VIGOUROUX

       Âge : 47

       Lieu de naissance: Le Puy-en-Velay (43) France

       Lieu de résidence : San Diego Californie USA

   

 

Parlez-moi un peu de vous, qui est Eric Vigouroux ?

Je suis né et j’ai grandi en France dans une petite ville de province au cœur du Massif Central. J’ai eu une enfance très heureuse, hormis peut-être mon cursus scolaire qui a été un peu chaotique…

Après avoir échoué au baccalauréat en 1985, je décidais de quitter ma ville natale pour « monter » à Paris où je fut accueilli par un oncle qui m’a offert l’opportunité de décrocher un job dans le secteur de la grande distribution. Mon contrat initial était de 3 mois mais je suis finalement resté 6 ans dans ce grand groupe grâce auquel j’ai tout appris du monde du travail.

Suite à cette expérience en tant que salarié, j’ai décidé à l’âge 25 ans de créer ma propre entreprise dans ce même secteur. 15 ans plus tard, ma société employait 200 personnes et était devenue leader Européen sur son marché. C’est alors que je décidais de tout vendre pour pouvoir mieux me consacrer à ma famille, à ma passion du pilotage et vivre un expérience d’expatriation.

En 2008, ma femme et moi-même avons décidé de nous installer en Californie avec nos deux filles. Cette destination n’était pas un hasard car c’est ici que je venais régulièrement pour la construction et la mise au point de mes voitures de course.

D’où vient votre passion pour les rallyes raids ?

Mon père avait une petite concession automobile et très tôt je me suis intéressé aux sports mécaniques. Ma passion pour les rallyes-raid est née alors que j’entrais dans l’adolescence et que je découvrais les images des premiers Paris-Dakar à la télévision. A cette époque, la discipline était naissante et le spectacle qu’offrait ces pionniers était aussi captivant qu’irréel. C’est alors que je me suis fait la promesse de participer un jour à cette fantastique épreuve qui me faisait déjà rêver!

Quel a été votre premier véhicule ?

J’ai participé à mon premier rallye raid en Tunisie avec un quad en 1995. Puis j’ai enchaîné 4 Paris-Dakar dans cette catégorie car à l’époque, personne n’avait réussi à rejoindre l’arrivée sur un tel engin. Un fois ce défi accompli en 1999 et 2000 , je décidais de passer à la catégorie auto. En 2001 je réussissais à intégrer l’équipe officielle Ford France pour piloter un Protruck  (pick-up Américain) identique à celui de Bruno Saby qui était notre leader.

Quel est votre véhicule actuel ? 

Mon véhicule actuel est un pur prototype que j’ai fait construire en 2005 après plusieurs saisons au volant des Protruck. Mon but était MZA_2113 de corriger les défauts de ce dernier car il n’était pas vraiment adapté aux franchissement des dunes. La principale caractéristique de cette voiture (appelé Trophy-truck) est l’implantation centrale-arrière du moteur qui offre une répartition idéale du poids. Il est également doté de très grands débattement de suspension, d’un moteur Chevrolet Corvette V8 de 7 litres et d’une boîte de vitesse semi-automatique.

Dés sa première apparition lors du Dakar 2006, nous avons remporté la catégorie Open et avons terminé plusieurs fois dans le top 10. Depuis nous avons remporté beaucoup de succès avec ce véhicule, notamment un titre en coupe du Monde FIA des rallyes-raid en 2010 (catégorie 2 roues motrices) et une magnifique victoire au classement général au rallye du Maroc 2012.

MZA_2775

Le Trophy-truck est à la fois performant et très spectaculaire, notamment dans le terrain cassant. L’absence de pare-brise et le bruit rauque de son moteur accentue son tempérament agressif pour le plus grand plaisir du public et des médias!

À combien évaluez-vous la valeur du véhicule ?

Ce qui fait la valeur de cette voiture  c’est non seulement son palmarès, mais aussi sa grande fiabilité et le fait que ce soit la seule voiture au monde qui soit homologuée FIA (possibilité de participer à la coupe du Monde FIA) et SCORE (possibilité de participer au championnat US).

Aujourd’hui, j’estime la valeur de notre prototype à €250k (hors pièces détachées). Il faut savoir qu’il à coûté plus du double entre sa construction et son développement au cours des saisons passées.

Vos principaux commanditaires ?

Herock (fabriquant de vêtements de travail) Toyo Tires (fabriquant de pneus au Japon et Chevrolet (Groupe Général Motors).

À quelles compétions avez-vous participé et vos positions ?

Depuis 1995 j’ai participé aux plus grands rallyes-raid et à 12 rallyes Dakar avec de nombreux succès. Mon palmarès détaillé est visible sur notre site internet www.evracing.fr. Mes plus belles victoires sont certainement la coupe du Monde 2010 et le rallye du Maroc 2012 que nous avons remporté au nez et à la barbe des plus grands teams « usine ».

C _G1C1789

Votre rallye préféré? Pourquoi ?

J’apprécie beaucoup les épreuves « classiques » en Tunisie et au Maroc car ces rallyes sont toujours organisés dans des paysages somptueux et la logistique n’occupe pas une part trop importante. Par conséquent on peut se consacrer à 100% au pilotage, le tout sans engager des budgets colossaux. Sinon j’ai adoré toute la période des Master Rallyes organisés par René Metge en Russie, Kazakhstan, Azerbaïdjan, Turquie, Géorgie, Chine, etc…

Le prix le plus prestigieux que vous avez remporté, à vos yeux ?

La rallye du Maroc 2012. Il s’agit d’une grande classique Africaine que tout  pilote de rallye-raid rêve d’accrocher à son palmarès.

Votre équipe compte combien de personnes ? Y a-t-il des femmes dans votre équipe ?

Lorsque nous partons sur le Dakar, notre équipe est constituée de 7 personnes minimum. Nous sommes 3 à temps plein dans la structure, dont une femme, Danièle, qui est en charge de l’administratif au sens large.

Avez-vous toujours le même copilote ?

Oui, je travaille toujours avec mon ami Alex Winocq depuis mes débuts. Nous sommes très complices et nous nous entendons très bien. Les seules exceptions dans notre collaboration étaient dues à des indisponibilités de la part de l’un ou de l’autre.

Votre plus grande fierté ?

Avoir réussi à constituer une équipe en partant de rien et qui aujourd’hui bénéficie d’une excellente réputation. Mes hommes me sont très fidèles et je suis très fier des résultats que nous avons obtenus avec des moyens souvent très limités face aux plus grandes écuries.

Votre pire peur ?

Une prise d’otage de plusieurs heures par des hommes armés avec des kalachnikovs en plein désert de Mauritanie lors du Dakar 1999.

Que trouvez-vous le plus difficile dans ce domaine ?

Pour moi la plus grosse difficulté est de trouver les fonds nécessaires pour continuer à progresser et à participer au meilleur niveau

Que ce que vous appréciez le plus ?

La combinaison magique entre la beauté des paysages que nous traversons, l’aspect compétition et la dimension humaine de nos aventures sportives où l’entraide reste importante. J’ai dû m’arrêter de nombreuses fois pour porter secours à des concurrents accidentés sur la piste. J’aime cette idée que la compétition devient dérisoire quand la situation l’impose d’elle même.

Quels conseils donneriez-vous à des gens qui comment dans les rallyes raids ?

Commencer par des petites épreuves du type baja en Espagne ou au Portugal ou encore des épreuves d’endurances type les 24h du Maroc où la logistique n’est pas trop compliquée ni trop coûteuse.

Avez-vous une femme et des enfants ?Vous suivent-elles lors de vos compétitions ? Trouvent-elles  cela difficile de vous voir souvent partir?

Je suis marié et nous avons 3 filles de 15 et 12 ans et 16 mois pour la dernière qui est née en Californie. Notre quatrième est en route et devrait voir le jour vers le 15 Août (comme moi), toujours en Californie!

Ma femme m’a accompagné plusieurs fois au départ ou à l’arrivée de quelques épreuves, surtout avant que nous ayons nos filles. La dernière fois que cela est arrivé, c’était en 2009 pour le départ du premier Dakar en Amérique du Sud que j’ai fait au volant d’un Hummer du team de Robby Gordon. Toute ma famille était à Buenos Aires pour le départ.

Mes absences ne sont pas si nombreuses car je participe en moyenne à trois course par an. A ce jour, je pense avoir trouvé un bon équilibre entre ma vie de famille et ma passion.

Combien de mois de préparation demande une compétition ? En quoi consiste-t-elle ?

Le temps de préparation est variable en fonction de l’épreuve concernée. Il est certain que partir sur le Dakar représente un énorme travail et qu’il faut presque un an pour bien se préparer et trouver le budget nécessaire pour partir dans de bonnes conditions. Dans notre cas, nous enchaînons les courses donc notre structure est toujours en activité, prête pour aborder l’épreuve suivante.

Sur la plan sportif, la préparation consiste surtout à faire le plus d’essais possible entre les courses. C’est primordial pour faire la mise au point de la voiture, vérifier sa fiabilité et se sentir en confiance le jour du départ de la course suivante.

Sur le plan personnel, je respecte une bonne hygiène de vie et je pratique différents sports très régulièrement pour m’entretenir et pour le plaisir (course à pieds, tennis, kite surf, ski, etc…)

Déjà venu au Canada ?

Oui mais très furtivement lors d’un court séjour à Detroit où j’étais en rendez-vous chez Général Motors. J’ai traversé la frontière seulement pour quelques heures avant de regagner mon hôtel à Detroit. J’avoue que je serai ravi d’y retourner et prendre le temps de découvrir ce grand pays!

Je prépare actuellement plusieurs projets dont la construction d’une nouvelle voiture qui devrait entrer en service prochainement. J’ai des discussions assez avancées avec un grand constructeur est j’espère que nous aboutirons à un accord définitif dans les prochains mois. Affaire à suivre…

Vous venez à peine de revenir du Dakar 2013, quels sont vos commentaires ?

Je viens juste de rentrer de mon périple en Amérique du Sud et  cette expérience restera longtemps gravée dans nos mémoires!

En 12 participations, je ne me souviens pas avoir connu un début de rallye aussi éprouvant tant pour les hommes que pour la mécanique. Nous avons été surpris par la difficulté des quatre premières étapes au Pérou qui se sont déroulées sur un terrain très difficile avec beaucoup de sable mou, du fesh fesh, des grandes montées, le tout sous une chaleur écrasante.  Très rapidement, j’ai réalisé que ne pourrions pas exploiter tout le potentiel de notre véhicule dans ces conditions particulières, très différentes de celles que nous avons l’habitude de trouver en Afrique. Sans rentrer dans les détails techniques, il est clair que notre Trophy-Truck n’est pas suffisamment compétitif sur ce type de terrain et c’est la première leçon que je tire pour l’avenir.

D’autre part, l’altitude s’est avérée être un autre facteur aggravant dont j’avais sous-estimé les effets sur la puissance de notre moteur sachant que 60% du rallye s’est déroulé à plus de 3000m d’altitude!

Heureusement, la deuxième partie du rallye devait se dérouler sur un terrain plus porteur, nettement plus propice à notre engin. Nous avons souvent évolué dans les 10 premiers sur plusieurs étapes sans toutefois pouvoir concrétiser cette position en raison d’un petit manque de réussite, toujours en fin de spéciale. Cependant, nous avons réussi chaque jour a améliorer notre position pour finalement atteindre une honorable 22ème place au classement général.

Surtout, je suis très fier de mon équipe car nous sommes passés très près de l’abandon peu après la journée de repos. En effet, nous avons énormément sollicité la mécanique tout au long de la première semaine. Nos mécaniciens ont dû travailler dur et faire preuve de beaucoup de compétences pour maintenir la voiture en ordre de marche jusqu’à la fin du rallye. A ce stade, il était primordial d’arriver au bout et de démontrer une fois de plus la fiabilité de notre voiture et la détermination de notre équipe, même dans l’adversité.

Merci Éric, nous continuerons de vous suivre…tenez nous au courant !!!

B 0 DK8_1267

 

319_99Y9215

 

Profile photo of Isabelle

Auteur:

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Laissez un commentaire





Image CAPTCHA
*