Logo

Bienvenue!

Devenez membres de mod4x4.com pour créer des liens avec les autres membres du site, former des groupes et gagner des badges.


Inscription

L'inscription est facile et rapide. Vous n'avez qu'à remplir les champs et votre inscription sera complété.

Mot de passe oublié?

Un nouveau mot de passe vous sera envoyé par courriel.

Connexion de membres

logo MOD 4X4

La saison 2014 approche à grands pas… quelques conseils

p1030911Texte de Michel Fradette, éditeur MOD4x4

Bien que la saison blanche soit encore des plus présentes, il n’en reste pas moins que la saison 2014 est belle et bien annoncée pour bientôt.

L’arrivée des premiers rayons chauds du soleil et la fonte des neiges appellent tous les adeptes de 4×4 hors route sur les sentiers. Nous savons aussi, tous les adeptes d’expérience pour qui l’arrivée du printemps annonce le festival du « recovery » et du « nouveau-qui-avait-trop-hâte-d’essayer-son-nouveau-4×4″.

 Je dis cette dernière phrase non pas de façon péjorative, mais bien à la blague. Effectivement, au printemps, les demandes d’aide dans les sentiers encore enneigés et très vaseux se multiplient sur les divers forums. Nos amis du Off Road Rescue Network seront fort occupés à cette période.

Pour cette raison, et compte tenu que MOD4x4 compte de nombreux lecteurs novices en 4×4 hors route, je crois qu’il n’est pas mauvais de rappeler certaines règles et techniques de base en conduite hors route.

Première règle : ON NE ROULE PAS PARTOUT, SANS PERMISSION ET N’IMPORTE COMMENT… svp. Le terrain de soccer vaseux derrière l’école de votre cartier peut être attirant pour votre nouveau 4×4, mais svp… retenez-vous. Certains vont peut-être rire de ce premier commentaire, mais les lecteurs de MOD se rappellent l’histoire de ce « grand champion » qui avait détruit un terrain de soccer en Estrie!

Maintenant que les remontrances et le sermon sont faits :), voici mes recommandations de conduite. Au plaisir de rouler avec vous tous en sentier…

______________________

La montée

Choisissez la première vitesse de préférence. Si les conditions d’adhérence sont mauvaises (boue, sable, etc.) ou qu’il s’agit d’une longue montée, préférez la seconde vitesse. Gagnez un peu d’élan dès le bas de la montée et maintenez une vitesse constante. On appelle ça le « momentum » en 4×4 hors route. N’essayez jamais de changer de vitesse ou de direction une fois en pleine montée. Il arrivera peut-être que vous ne voyiez plus le sentier et que seul le ciel soit visible si l’inclinaison est forte. Voilà pourquoi vous devez vérifier les lieux avant.

Si vous perdez de l’élan, pas besoin de « donner un show » en écrasant l’accélérateur au planché. Laissez plutôt caler le 4×4. Immobiliser le véhicule. Appuyez sur le frein et l’embrayage (le cas échéant) et enclenchez la marche arrière, puis relâcher le frein ou l’embrayage. Effectuer le recul tout en regardant par-dessus votre épaule et en tenant le volant d’une main pour éviter de survirer. N’utilisez jamais l’accélérateur sauf un tout petit peu, pour partir, si nécessaire. Le poids du véhicule fera l’affaire.

Je ne saurais aussi trop vous conseiller de vous fier sur un guide. Que ce soit dans la montée ou en reculant. Celui-ci deviendra vos yeux et votre ange gardien en situation plus à risque. Surtout… écoutez-le sans hésitation. Même si selon vous, il est mieux de faire tel geste, si votre guide vous indique le contraire… écoutez-le.

La descente

La conduite en descente demande un rapport court et la première vitesse. En descente, les freins ne doivent vous servir qu’à arrêter votre véhicule et non contrôler sa vitesse. C’est le rapport de compression moteur qui fera ce travail. De cette façon, vous vous assurer de conserver le plein potentiel de vos freins advenant que vous ayez à arrêter subitement. Assurez-vous que compte tenu de la pente, l’avant du véhicule ne risque pas de s’enfoncer dans le sol en arrivant en bas. Si vous faites partie d’un groupe. Laissez une bonne distance entre votre véhicule et celui qui le précède.

La conduite sur pente raide

Les pentes raides constituent en 4×4 hors route, l’obstacle le plus commun et potentiellement le plus dangereux. Vérifiez toujours à l’avance que la voie avant est dégagée et qu’il ne s’y trouve pas d’autres obstacles cachés. Déplacez-vous toujours en ligne droite, pour monter et descendre une colline abrupte, et n’essayez pas de passer en transversale sauf si vous y êtes obligé. Le poids du véhicule et les roues qui patinent peuvent provoquer un dérapage. N’essayez pas de faire demi-tour sur une pente raide et étroite. Advenant que la pente devienne vraiment trop raide selon vos critères personnels. Surtout, ne sombré pas à la panique, il s’agit de la pire chose à faire. Si la peur vous envahies et que vous croyez avoir atteint votre capacité maximale (autant personnelle que pour votre véhicule), arrêtez votre véhicule en pesant sur le frein (n’arrêtez pas le moteur) et demandez de l’aide immédiatement (d’où l’un des avantages d’avoir un CB dans votre véhicule). Demandez l’aide d’une personne d’expérience qui pourra vous accompagner dans le véhicule et vous conseiller. En situation extrême et à la limite de la sécurité, il sera toujours possible de vous attacher au véhicule derrière vous pour descendre ou le faire à l’aide d’un treuil.

Les dévers

Premier conseil : ne freinez pas! Enlevez vos pieds des pédales et laissez le rapport de compression du moteur vous emmener en bas, tout en restant en ligne droite.

Les fossés et buttes

C’est là que le débattement de suspension des essieux des 4×4 et la garde au sol jouent leur rôle. Vous savez le fameux « flex ». Abordez les fossés et les buttes selon un angle permettant à chaque roue d’attaquer l’obstacle individuellement, en utilisant au mieux le mouvement de suspension du véhicule et la garde au sol. Si l’obstacle est trop difficile, le véhicule peut s’immobiliser, les roues diagonalement opposées n’étant plus en contact avec le sol, impossible alors de bouger, il faut être remorqué. Vivement à cette occasion les treuils de vos amis ou leur corde bungee (svp… oubliez les chaînes, cordes de bateau et « straps » jaune. Équipez-vous comme il se doit). C’est aussi à cette occasion où les « lockers » interviennent, car ils mettent la puissance sur les deux roues qui ont gardé la capacité de traction.

La boue et les ornières

Les ornières plus profondes que la garde au sol de l’essieu du véhicule ont vite fait de vous immobiliser, n’essayez donc pas de les chevaucher. Par contre, si elles sont peu profondes, il est facile de les suivre. Évitez de vous battre avec le volant et laissez en permanence vos pouces en dehors pour ne pas vous blesser si le volant se met soudainement à tourner parce que le véhicule suit son chemin dans les ornières. La boue profonde doit être abordée avec précaution, en particulier après de fortes pluies. Essayer de sonder sa profondeur avant de tenter un franchissement et préparez-vous à faire marche arrière avant qu’il soit trop tard. La boue profonde est un rare cas où acquérir au préalable un peu de vitesse est nécessaire (encore le fameux momentum). Essayez de « tâter » le terrain sous les pneus, gardez le même rapport, maintenez la vitesse acquise et conservez un itinéraire aussi direct que possible vers un sol plus ferme. NE FONCEZ PAS PÉDALE AU FOND DANS UN TROU DE BOUE. Les shows de boue qui vole dans les airs sont hot sur vidéo, mais moins sur la mécanique si une grosse roche était cachée dans l’attente de votre passage. Vous voulez retourner à la maison avec votre véhicule? Laissez les shows de bouette pour les autres…

Franchir un gué

Dans un premier temps, vous devez savoir qu’il est strictement interdit de franchir un cours d’eau avec votre 4×4. Cependant, au printemps, il peut y avoir de « faux cours d’eau » ou il pourrait arriver que dans une situation d’urgence vous ayez à le faire. Les 4×4 sont souvent capables de franchir des cours d’eau de plusieurs dizaines de centimètres de profondeur, mais essayer toujours de vous faire une idée de la consistance du fond avant le franchissement et faites attention aux obstacles cachés et aux forts courants. L’eau ne doit jamais être franchie à grande vitesse. Rouler à une vitesse stable qui crée une vaguelette en arc est la méthode correcte. Franchir le courant à angle droit ou légèrement à contre-courant. Tendre un plastique sur la calandre et débrancher le contacteur du ventilateur. Une fois le cours d’eau franchi, souvenez-vous de conduire sur une faible distance avec le frein à pied légèrement actionné pour récupérer l’efficacité du freinage à la sortie de l’eau.

Terrain enneigé

Les 4×4 roulent aisément sur la neige fraîche, mais souvenez-vous qu’elle peut cacher de nombreux obstacles et que vous n’avez que peu d’indices sur le terrain sous-jacent. Si la neige est tassée, le terrain est plus clairement défini, mais la motricité peut être faible. La perte d’orientation est également un risque réel, donc abordez la neige avec les plus extrêmes précautions. Le danger le plus grand de la conduite sur un sol enneigé est l’inattention due à la confiance à un 4×4 équipé de pneus adaptés. Malheureusement, l’adhérence qui permet au véhicule d’avancer n’est pas nécessairement disponible pour un arrêt rapide, en particulier dans une descente. Utilisez les vitesses pour ralentir doucement le véhicule. Tout freinage brusque est susceptible de bloquer les roues et de provoquer une bonne glissade, ces conseils sont valables sur routes gelées. Le freinage A.B.S. assurent un meilleur contrôle du véhicule, mais la distance d’arrêt  peut varier considérablement selon les conditions en présence. en tout terrain, mieux vaut déconnecter l’A.B.S. qui peut s’avérer dangereux.

N’ayez pas peur de dire que vous ne voulez pas

Ce conseil final peut paraître bête. Cependant, il est la base du 4×4 hors route. PERSONNE NE RIRA JAMAIS DE VOUS SI VOUS DITES QUE VOUS NE VOULEZ PAS OU QUE VOUS ÊTES CRAINTIF FACE À UN OBSTACLE. Si le groupe avec lequel vous êtes réagi de cette façon… c’est que vous n’êtes pas avec les bonnes personnes pour pratiquer le 4×4 hors route. Changez de groupe d’amis! Toutes les personnes d’expérience en 4×4 hors route comprennent que vous puissiez être craintif ou manquer d’expérience. C’est normal, vous débutez. N’OSEZ PAS… DEMANDEZ CONSEIL AVANT.

Autre point, dites-vous que moralement et « légalement », vous êtes responsable de votre véhicule et des gens qui vous accompagnent à bord lorsque vous conduisez. Le meilleur conseil que je puisse vous donner est de prendre vos décisions en fonction de ceux-ci. Par exemple, vos enfants sont à bord? Prenez vos décisions en « bon père de famille ». Bien entendu, je ne change pas mon point de vue par rapport au port du casque. Pour les adultes, je crois qu’il s’agit d’un élément de sécurité essentiel. Pour les enfants… c’est obligatoire!

Un dernier petit conseil

L’alcool et les drogues sont des éléments à proscrire en 4×4 hors route comme dans tout sport motorisé. Pour ma part, c’est simple… si tu bois, je ne roule pas avec toi. Après le sentier, pas de problème, ça me fera plaisir.

Au cas où vous ne le sauriez pas, le 4×4 hors route a une fédération. Visitez leur site Web au www.fc4x4q.com, vous y trouverez une foule de conseils.

VIVRE HORS ROUTE… PENSER HORS NORMES… MOD4X4.COM

Profile photo of MOD4x4.com

Auteur:

3 Commentaires

  1. Alexandre Thibodeau dit :

    Excellents conseils Michel! Bonne saison 2014!

  2. Profile photo of MOD4x4.com MOD4x4.com dit :

    Merci de votre commentaire. Au plaisir de rouler avec vous en 2014…
    Michel Fradette

  3. Expedition4x4 dit :

    Très bon conseils !!!

Laissez un commentaire





Image CAPTCHA
*