Logo

Bienvenue!

Devenez membres de mod4x4.com pour créer des liens avec les autres membres du site, former des groupes et gagner des badges.


Inscription

L'inscription est facile et rapide. Vous n'avez qu'à remplir les champs et votre inscription sera complété.

Mot de passe oublié?

Un nouveau mot de passe vous sera envoyé par courriel.

Connexion de membres

logo MOD 4X4

La Fédération, pour ou contre? (seconde partie)

Il nous fait plaisir de publier, en réponse à notre article intitulé « La Fédération, pour ou contre? (première partie) », le texte suivant reçu de la FC4x4Q, elle-même.

Dans un premier temps, nous devons offrir tous les honneurs aux membres de la Fédération qui ont su réagir si promptement à l’article « coup de poing » d’Isabelle Gagné. Sincèrement, nous ne nous attendions pas à une réponse aussi rapide de leur part. Pas que nous doutions de leur capacité, bien au contraire, mais plutôt du fait que nous avons publié cet article sans même les prévenir. Pour une organisation bénévole, la promptitude de leur réaction est impressionnante. Bravo! Ceci démontre sans contredit le dynamisme de l’organisation et l’attention qu’elle porte à la communauté 4×4 hors route dans son ensemble.

Certains diront que « nous n’avons pas été corrects » de publier un tel article et de l’avoir fait de cette façon. Nous répondrons que nous n’avons que rendu public la voix d’un nombre important d’amateurs de 4×4 hors route. Ceux-ci ayant été jusqu’ici laissés pour compte et frustrés de n’avoir jamais eu la possibilité de s’exprimer librement et de façon publique sur la Fédération. Pour une fois, nous leur avons donné la chance de le faire et surtout… de se faire écouter de tous. De plus, nous sommes plus que convaincus que tous les projecteurs et l’attention de la communauté 4×4 hors route sont maintenant tournés vers cette réponse de la FC4x4Q. Certains persisteront à dire que ce n’était pas « selon les règles de l’art ». Nous, nous dirons qu’il s’agit, pour la Fédération, pour nous et pour les amateurs de 4×4 hors route (pour ou contre) d’une réussite totale en fait de stratégie de communication. Jamais dans nos pages, une publication de la Fédération n’aura été aussi attendue et surtout… lue dans son ensemble. Du premier mot jusqu’au point final.

Nous vous invitons donc à prendre connaissance de la réponse de la FC4x4Q à l’expression d’un nombre important d’amateurs de 4×4 hors route au Québec. Nous tenons encore une fois à souligner le professionnalisme de la Fédération de 4×4 hors route dans ce dossier… qui aura été parfois (trop souvent) plus émotif que rationnel pour certains.

Ne manquez pas, dans les prochains jours, ici dans MOD4x4, notre bilan (partie finale) de tout ce dossier qui aura su faire réagir la communauté 4×4 hors route dans l’ensemble de la province…

La rédaction,

VIVRE HORS ROUTE… PENSER HORS NORMES… MOD4X4.COM

___________________________________

logofédéChers adeptes de 4X4,

Le 6 octobre dernier, le webzine MOD 4X4 publiait une chronique entièrement dédiée aux propos des détracteurs de la Fédération. À en juger par les réactions provoquées, le ton plutôt pamphlétaire du texte n’a pas été désamorcé par son dernier paragraphe qui invitait la Fédération à répondre.

Le texte publié contenait quarante-cinq questions et affirmations nécessitant d’être répondues par la Fédération. Cette dernière n’a pas été invitée à le faire lors la préparation de l’article. La présente est donc le fruit d’une réaction et non pas d’une collaboration. Les réponses spécifiques à chacune des questions et affirmations se trouvent à la fin de cette réponse de la Fédération.

La Fédération des clubs 4×4 du Québec est encore bien mal comprise par plusieurs personnes. Elle est un outil dont se sont dotés certains clubs pour partager leurs ressources et unir leurs efforts. Elle ne s’ingère pas dans le fonctionnement des clubs ni dans leurs activités. Elle est gérée par les clubs pour les clubs. Elle n’est que la somme du travail de ses bénévoles. Un club membre qui ne s’implique pas, récoltera le travail des autres mais ne l’aura pas orienté selon ses intérêts. Un club qui veut travailler sur un projet bénéficiera de certains atouts tel que des assurances, du partage de risques, des connaissances, une image positive et pourrait recevoir l’assistance d’autres bénévoles pour mener à bien son projet.

La Fédération n’est pas une entreprise de services, ne vise pas les profits et n’a aucun employé rémunéré. Sa structure d’OSBL ne permet pas qu’elle verse des dividendes à quiconque. Les gens qui y oeuvrent le font tous bénévolement et paient même souvent de leurs propres poches pour rendre services aux gens et aux clubs qui ont décidé de s’unir. Ce sont des gens ordinaires qui occupent un emploi en dehors de la Fédération, des passionnés qui ont décidé d’offrir leur temps pour donner une chance au 4X4. De plus, le budget annuel est voté par les clubs lors de l’Assemblée générale annuelle et chaque dépense doit être approuvée par le conseil d’administration élu par ces mêmes clubs.

De par sa charte de constitution, la Fédération peut être utilisée par les clubs de partout au Québec. En 2014, les clubs affiliés proviennent de 11 des 18 régions administratives. Toujours en 2014 les responsables de la Fédération ont rencontré des clubs, participé à des événements ou ont tenu des réunions ou assemblée dans les onze régions où se situe au moins un club affilié. Ces régions sont: Capitale-Nationale, Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches, Estrie, Montréal, Lanaudière, Laurentides, Laval, Mauricie, Montérégie et Saguenay-Lac- St-Jean. Les investissements sur le réseau 4×4 fédéré sont réalisés en fonction de la provenance des détenteurs de Carte-Accès. Sur près de 200 Membres-Accès en 2014, moins de 15 proviennent des régions couvertes par les codes régionaux 418 et 819 combinés. Il n’y a donc pas de collecte de fonds à la grandeur du Québec pour en faire profiter la région de Montréal.

La Fédération n’est pas connue de tous. Elle ne dispose pas de ressource suffisante pour se lancer dans une campagne de visibilité et de relation publique. Elle est ouverte à tous les clubs qui désirent s’y joindre ou s’y impliquer. La structure de clubs a permis de fonder la Fédération. Elle aide encore à faire circuler l’information, encadrer les nouveaux et responsabiliser les participants. De plus, elle facilite nos relations avec les gestionnaires de territoires. Les gens qui veulent participer mais qui ne se reconnaissent dans aucun des vingt-six clubs déjà affiliés sont invités à fonder un club et à se joindre à notre communauté. La Fédération est toujours ouverte aux clubs non affiliés qui désirent en savoir plus. Ils peuvent entre autre nommer des représentants sur notre forum de discussion, suivre en partie ce qui s’y passe et poser leurs questions.

L’affiliation à la Fédération est pertinente même pour ceux qui ne sentent pas que la pratique du 4X4 est menacée dans leur région. La méthode du «squatter underground» a été essayée et n’a pas été concluante. S’entendre avec les gestionnaires de territoires pour valider notre droit d’y circuler, faire connaître les lois et règlements qui s’appliquent à notre loisir et s’assurer que les nouveaux apprendront dans des clubs avec des gens expérimentés semble une façon de faire qui a plus de chance de réussir. Il ne faut pas attendre que les interdictions de circulation surviennent dans votre région pour commencer à s’en occuper. Il serait probablement trop tard pour inverser les décisions. Une simple affiliation à la Fédération permet de faire croitre le nombre de gens qu’elle représente. Seule la force du nombre permettrait de se lancer dans du lobbying auprès d’organismes gouvernementaux tel que la SAAQ. Il suffit de regarder la situation des motoneiges ou des quads pour comprendre l’intérêt de se regrouper en grand nombre.

La Fédération n’est pas l’auteur des lois et règlements applicables à la conduite automobile. Elle a instauré un nombre très limité de règles qui font généralement consensus pour assurer la sécurité et le bon voisinage. La presque totalité des règlements de la Fédération sont des vulgarisations de lois et règlements applicables. Les lois et règlements ne sont pas sous notre juridiction et nous ne pouvons certainement pas inciter les gens à les enfreindre. Devons-nous encore vraiment répéter que le port de la ceinture de sécurité dans un véhicule de promenade relève du code de la route, que de munir un «buggy» d’un système d’échappement conforme relève de la loi sur les véhicules hors route, que de ne pas rouler dans les milieux humides relève de la loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune et que l’alcool au volant relève du code criminel ? La Fédération n’est pas à l’origine de ces règlements.

La Fédération est un outil pour aider les clubs. Il leur appartient de s’en servir ou non. Nous ne tentons pas d’obliger qui que ce soit à se joindre à nous mais nous croyons que tous ont avantage à le faire. Nous croyons faire les efforts possibles pour assurer que nous pourrons tous pratiquer le 4X4 dans les années à venir.

Espérant un jour vous compter parmi nous,

La Fédération des clubs 4X4 du Québec.

Voici les réponses de la Fédération aux questions et affirmations publiées par MOD 4X4. Nous les avons triées et regroupées par type de grief ou de questionnement pour faciliter la compréhension de nos réponses. Certaines étant redondantes ont été combinées et ne reçoivent qu’une seule réponse. Elles sont séparées à l’aide d’une barre oblique (/)

Première catégorie : questions et affirmations de la chroniqueuse Isabelle Gagné :

Q: Est-ce que tous la connaissent vraiment?

R: Non. La Fédération n’est pas connue de tous et n’est pas dans une campagne de relation publique étendue pour le moment.

Q: Est-ce que la mise sur pied de cette fédération fait l’affaire de tous les amateurs de 4×4 hors route du Québec? Est-ce que tous les amateurs de4×4 hors route désirent en faire partie?

R: Probablement que non. La Fédération a été fondée pour permettre aux clubs qui le désirent de mettre leurs efforts en commun.

Q: Pourquoi certains clubs refusent de s’affilier?

R: La Fédération ne peut pas répondre au nom de ces clubs. Nous ne pouvons que spéculer sur des raisons découlant d’une mauvaise connaissance de la Fédération, des chicanes de clochers entre les clubs, des motifs financiers ou idéologiques ou tout simplement d’absence d’intérêt.

Q: Est-ce que la Fédé devient un espèce de club sélect? Est-elle là vraiment pour tous? Si oui, comment se fait-il que plein de gens ne connaissent même pas son existence?

R: La Fédération n’est pas un club sélect et elle est ouverte à tous ceux qui veulent y adhérer. Lors de sa fondation il y a à peine plus de deux ans, la Fédération a fait beaucoup d’efforts pour contacter le plus grand nombre possible de clubs au Québec. Certain clubs ne se sont pas montrés intéressés et n’en ont probablement pas parlé à leurs membres. Des clubs ont aussi pu être formés depuis ce temps et il est possible qu’il n’y ait pas encore de contact établi. La Fédération est visible sur le web et dans une multitude d’événements. L’effort requis pour nous trouver n’est pas déraisonnable. Lorsque la Fédération aura les ressources pour le faire, elle recommencera à recontacter les clubs qui ne lui sont pas affiliés.

Q: Les gens de la Fédé, font-ils des efforts pour aller rencontrer les gens des régions plus éloignées?

R: Bien sûr! En 2014 seulement, nous nous sommes déplacés pour rencontrer des clubs qui en avait fait la demande dans les régions du Saguenay-Lac-St-Jean, Chaudière-Appalaches, Centre-du-Québec et en Estrie. Nous avons été visibles dans des événements dans les régions de la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, Centre-du-Québec, Lanaudière et Laurentides. De plus, nos Assemblées se tiennent en Mauricie.

Q: Pourquoi oublier les gens qui ne font pas partie d’un club?

R: Ces gens ne sont pas oubliés. Ils sont invités à joindre ou à fonder un club et à participer activement à la communauté 4×4 du Québec. La Fédération en est une de clubs. Les clubs ont été les structures qui ont permis aux gens de se rencontrer et de mettre quelque chose de plus grand et de démocratique sur pied. La structure basée sur les clubs aide non seulement à faire circuler l’information, encadrer les nouveaux et responsabiliser les participants, elle facilite également nos relations avec les gestionnaires de territoires.

A: Mon premier constat : plusieurs personnes ne font partie d’aucun club (dont moi !). Pourquoi? Simplement qu’aucun club de leur région ne convient à ce qu’ils recherchent, à leurs valeurs, à leur façon de faire de la trail, ou, tout simplement qu’aucun club n’existe dans leur coin. Par exemple, si le seul club de leur région est un club réservés aux Jeeps, et bien tous les propriétaires des autres marques de véhicules en sont exclus et n’ont pas d’autre option. Pour faire partie de la Fédération, actuellement, il faut être membre d’un club. Donc, la réflexion sur la Fédération s’arrête rapidement pour tous ceux qui ne font partie d’aucun club. Il y en a, malgré tout, plusieurs parmi ceux-ci, qui aimeraient tout de même être dans la Fédération. Donc, même si une personne fait partie d’un club dans sa région, mais que le club ne veut pas faire partie de la fédération, cette personne ne peut en faire partie

R: Les gens peuvent toujours fonder un club qui correspond à leurs valeurs. Plusieurs l’ont déjà fait spécifiquement pour joindre la Fédération. Ce n’est pas un exercice difficile.

Deuxième catégorie: la méconnaissance de la Fédération:

A: Nous ne voulons pas nous faire dire quoi faire ou quoi ne pas faire / Nous ne voulons pas que la Fédération se mêle des évènements que nous organisons. Nous voulons garder la liberté dans notre façon de faire et notre façon de réglementer nos activités.

R: La Fédération ne s’ingère pas dans le fonctionnement ni dans les activités des clubs à moins d’y être invitée. C’est un principe qui était cher aux fondateurs. Sa charte et ses règlements ont donc été écrits dans cet esprit.

A: La fédération, ah oui, ça me dit quelque chose, mais je ne sais pas du tout à quoi elle sert et je ne vois pas ce qu’elle pourrait m’apporter. / Ça nous apporterait quoi??? / Pourquoi j’en ferais partie?

R: La Fédération a souvent été présentée et le sera encore. Elle est toujours ouverte aux clubs non affiliés qui désirent en savoir plus. Ils peuvent entre autre nommer des représentants sur notre forum de discussion, suivre en partie ce qui s’y passe et poser leurs questions. La Fédération vous rapportera selon l’implication que vous y mettrez. Un club membre qui ne s’implique pas, récoltera le travail des autres mais ne l’aura pas orienté selon ses intérêts. Un club qui veut travailler sur un projet bénéficiera de certains atouts de la fédération (assurances, partage de risque, connaissance, réputation) et pourrait recevoir l’assistance d’autres bénévoles pour mener à bien son projet. Plus un club et ses membres s’impliquent, plus ils en tireront les bénéfices souhaités.

A: Je roule en buggy, la Fédé c’est pour les trucks stocks.

R: La Fédération n’empêche pas l’utilisation de «Buggy». Si un club de ce type de véhicule veut joindre la Fédération et s’impliquer plus spécifiquement pour leur cause, ils sont les bienvenus. Le réseau 4×4 fédéré présentement accessible est même probablement plus accueillant pour les «buggys» que pour les véhicules «stock». Tous les gens qui pratiquent le 4X4 peuvent se joindre et s’impliquer dans les dossiers qui comptent pour eux.

Troisième catégorie: je ne vis pas encore de problèmes liés à la pratique du 4×4.

A: Nous avons beaucoup de trails dans notre région donc nous n’avons pas besoin de la Fédération. / Nous voulons garder nos sentiers pour nous. Nous faisons du hors route depuis 10 ans et n’avons jamais eu de problème. / C’est presque tous des clubs de Montréal qui en font partie. Peut-être qu’en ville ils ont besoin de ça, mais en région on ne manque pas d’endroits pour faire du hors route.

R: Il ne faut pas attendre que le problème survienne dans votre région pour commencer à s’en occuper. Lorsqu’une «trail» ferme, il est généralement trop tard pour inverser la décision. L’appel-réveil pour s’unir et fonder une fédération a été l’interdiction de circulation dans la forêt Ouareau à Chertsey, dans Lanaudière. Dans cette situation, la gestion de terres du domaine de l’état a été cédée à la MRC qui en a fait un parc régional. Les quads peuvent encore y circuler là où ils étaient établis légalement. Nous en sommes maintenant exclus. Ne croyez pas que les régions ne vivront jamais ce problème. Des dizaines de km de trail ont été interdites de circulation au tournant des années 2000 dans la région de Chaudière-Appalaches lors de la création du parc régional du Massif du sud. Dix ans plus tôt, même situation. Apprenons du passé! Plusieurs MRC réclament le transfert de gestion des terres du domaine de l’état pour en faire des parcs régionaux… De plus, plusieurs personnes souhaitent voir la Fédération s’impliquer dans des dossiers de lobbying auprès d’organismes gouvernementaux tel que la SAAQ. Pour réussir dans ce genre de démarches, la Fédération doit représenter le plus grand nombre de gens possible. Une simple affiliation de club est une solution très économique pour gonfler le nombre de personnes représentées.

A: La meilleure façon de préserver nos trails n’est sûrement pas de les mettre accessibles à tous. / Je suis vraiment contre la fédération, j’ai peur que ça tue notre sport….

R: La méthode du «squatter underground» a été essayée et n’a pas été concluante. S’entendre avec les gestionnaires de territoires pour valider notre droit d’y circuler, faire connaître les lois et règlements qui s’appliquent à notre loisir et s’assurer que les nouveaux apprendront dans des clubs avec des gens expérimentés semble une façon de faire qui a plus de chance de réussir.

Quatrième catégorie: qui fait les lois et règlements?

A: Nous avons peur d’être trop réglementés. / J’ai peur que ça devienne comme pour la motoneige, et que nous soyons trop réglementés : plaque, casque, ceinture, etc. / Je vois la Fédé. comme le gouvernement: elle veut contrôler, légiférer, et ça ne fait pas du tout mon af aire. / Au Québec pourquoi avons-nous besoin de tout réglementer? Je fais du hors route pour le sentiment de liberté que ça me procure. Que tout soit réglementé détruirait la raison pour laquelle je fais du hors route.

R: À part quelques petites règles de base pour assurer la sécurité des usagers et le bon voisinage, la Fédération n’a fait que reprendre les lois et règlements des gouvernements qui s’appliquent à nous. Le but est de vous éviter les constats d’infractions, pas de vous en créer.

A: Si un sentier est fédéré et que moi je dois le traverser, vais-je avoir un ticket si je ne suis pas membre de la fédération? / Il y a beaucoup de trails près de chez moi, des petites trails que seul moi et mes amis connaissons… pour s’y rendre je dois traverser une ligne d’hydro,… si cette ligne devient fédérée, Est-ce que je risque des tickets pour la traverser?

R: La Fédération n’a le pouvoir légal d’interdire à qui que ce soit de traverser ses sentiers et elle ne prévoit pas demander au gouvernement de le lui accorder ou de rendre cette action illégale.

Q: Si tous les sentiers deviennent fédérés et que je ne veux pas faire partie d’un club, je fais quoi? Je ne pourrais plus faire de trails?

R: Ce scénario est tout à fait impossible. Un organisme ne pourrait probablement jamais obtenir une exclusivité partout au Québec tant sur les terres publiques que privées.

Cinquième catégorie: dois-je vraiment respecter la loi?

Q: J’aime prendre une petite bière en hors-route, je n’en abuse jamais par contre. La Fédé accepterait ça ?

R: La consommation d’alcool au volant est une offense criminelle. La Fédération n’a pas juridiction sur le code criminel et incite à son respect.

Q: J’aime aussi me promener sans ceinture dans des endroits plus «mollos». La Fédé accepterait ça ?

R: Le port de la ceinture de sécurité relève du code de la sécurité routière. La Fédération n’a pas juridiction sur ce

code et incite à son respect.

A: Il ne faut pas virer fous parce qu’on traverse un petit cours d eau !

R: La Fédération n’a pas créé ce règlement. Rouler dans un milieu humide (ruisseau, marais, rivière, lac, littoral, plage, cours d’eau intermittent etc.) est une offense à la loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune. La Fédération n’a pas juridiction sur cette loi et incite à son respect. Par ailleurs, les amendes applicables à ce type d’infraction devraient tous nous inciter à une grande prudence

Sixième catégorie: les faussetés.

A: La Fédération ne veut que s’enrichir sur notre dos. / Je ne crois pas qu’ils font ça pour le sport, mais plus pour se faire de l’argent !

R: Personne ne fait d’argent dans la Fédération. Tout le travail se fait bénévolement, sans salaire. Sa structure d’OSBL ne permet pas de verser des dividendes. Les profits ne sont pas un but visé par la Fédération.

A: La Fédération collecte tout le Québec, mais dans le fond, ce sont ceux de la grande région de Montréal qui en profitent.

R: Ceux qui contribuent le font volontairement et les investissements de la Fédération se font en fonction de la provenance des membres. En 2014, sur 194 Carte-Accès vendues, seulement 14 provenaient des régions couvertes par les codes régionaux 418 et 819 (819 peut aussi être près de Montréal). Il est donc totalement faux d’affirmer que la Fédération collecte le Québec pour en faire profiter les Montréalais.

A: La Fédération est sur le dos d’un de mes amis, car il a traversé un cours d’eau… cest exagéré… j’ai vu la photo d’un des membres de la Fédé. les 4 roues dans l’eau et ça se permet de faire la morale…

R: Ce propos est clairement diffamatoire. La Fédération n’a pas les ressources pour se «mettre sur le dos» de quiconque. Pour ce qui est de la supposée photo dont il est question, il est probable qu’elle existe. Il n’y a pas si longtemps, ce règlement n’était pas connu ni même interprété et appliqué de la même façon.

A: C’est une patente pour les clubs de Montréal (dont le plus gros). Je les comprends, ils ont besoin de ça pour conserver leur 4-5 trails du coin pour leurs membres. Ces clubs montréalais n’ont jamais voulu voir les gens d’ailleurs dans la province sur leur territoire. Mais maintenant que ça va mal dans leur coin, il faudrait les aider. D’ailleurs, c’est tout de même bizarre que depuis 1 ou 2 ans, on les voit essayer de devenir amis avec des clubs régionaux. Maintenant que ça va mal, c’est drôle, mais ils viennent faire un tour en région.

R: Ceci est peut-être basé sur de l’expérience personnelle mais plusieurs en ont une tout autre. Il y a toujours eu des gens de toutes les régions qui ont «trailés» dans toutes les autres régions. Nous ne croyons pas que ce qui est décrit est une situation généralisée. Les clubs de Montréal ne demandent pas l’aide des régions pour s’organiser dans la Fédération mais ils aimeraient bien que le plus de clubs possible joignent afin que la communauté se dote d’une voix forte, que la Fédération bénéficie de plus de poids et pour partager les connaissances et l’expérience avec un maximum d’autres clubs.

Septième catégorie: les services devraient nous être fournis sans effort.

A: Nous avons embarqué la première année, maintenant nous ne voulons rien savoir, c’est une perte de temps et d’argent.

R: Tous les clubs qui se sont impliqués en ont retiré quelque chose ou sont sur le point de le faire. Difficile de répondre à un commentaire général et anonyme. Certains clubs qui ont quitté ou montré du mécontentement s’attendaient à se faire offrir des services par une équipe d’employés et voir des trails être ouvertes dans leurs régions sans qu’ils aient à s’impliquer. Au tarif actuel, ça prendrait près de 10 000 membres pour offrir ce genre de services. Nous ne sommes pas tout à fait 200 à avoir mis la main dans nos poches pour commencer à bâtir quelque chose.

A: Ça nous coûte déjà assez cher pour modifier nos véhicules, je ne donnerai sûrement pas d’argent en plus à une fédération qui risque de m’apporter des tickets dans le futur.

R: C’est une question de choix. Quelqu’un qui a les moyens d’avoir un 4×4 et de le modifier devrait avoir les moyens de faire une petite contribution pour conserver et obtenir des endroits légaux où s’amuser avec son 4X4. La Fédération est là pour vous épargner des contraventions, pas pour vous en donner!

Huitième catégorie: La fédération? Pas question!

A:Je suis complètement anti-Fédération, j’ai même envie de lancer un mouvement contre la Fédé. / Pas question que je leur donne une cenne!

R: La Fédération ne force personne à la joindre. Chaque individu est libre de ses choix.

Neuvième catégorie: On loge à la même adresse.

A: Moi et ma gang faisons déjà des actions, comme sortir les rebuts qui traînent dans le bois, installer des poubelles, et nous publicisons, ça. Ça aide à redorer l’image.

R: Bravo! La Fédération encourage ce type d’actions. Elle aide à les publiciser quand elles sont en préparation et les soulignent quand elles sont portées à notre attention.

A: Je connais tout le monde dans mon coin, je demande l’autorisation pour passer sur des terrains privés et je n ai jamais eu aucun problème.

R: La pratique du 4×4 sur terrain privé avec autorisation du propriétaire est une façon légale de pratiquer le 4X4. La Fédération ne s’opposera jamais à ça.

A: Le problème c’est les gens qui brisent, qui laissent traîner des déchets, qui ne respectent pas les autres. Ces gens-là ne changeront pas Fédération ou pas ! C’est à nous tous de faire sentir à ces gens qu’ils ne sont pas les bienvenus dans les trails.

R: La Fédération véhicule le même message et est consciente qu’elle ne peut le faire passer seule. Elle n’est qu’une voix de plus à le faire. Finalement, nous répondrons à deux récriminations souvent entendues mais qui ne se retrouvent pas dans la chronique.

A: La Fédération n’a pas ouvert de sentiers dans ma région. Ça ne me donne donc rien d’acheter ma carte. Mon club est membre de la Fédération mais cette dernière n’a entrepris aucuns travaux dans notre région.

R: La Fédération aide les clubs à implanter le réseau 4×4 fédéré dans les régions où il y a des détenteurs de Carte-Accès, où les clubs font des demandes et fournissent des bénévoles pour les travaux de préparation et d’entretien des chemins. La Fédération aide les clubs membres avec un service de vérification du droit de circuler, la formation de bénévoles pour la mise en place du réseau, la couverture par une assurance responsabilité civile, la fourniture de la signalisation et la participation financière lors de la mise en place d’infrastructures. Avec un coût annuel d’affiliation de 150$, les clubs ne peuvent pas s’attendre à recevoir des services «à volonté» offerts par des employés rémunérés qui ferait tout le travail de recherche et de nettoyage sur le terrain. Ils doivent encore moins s’attendre à ce que la Fédération acquiert des terrains pour y aménager des trails.

Q: Mon club est affilié mais la fédération demande qu’au moins quelques un de nos membres achètent des Carte-Accès pour nous aider à avoir des «trails». Pourquoi devrait-on payer sans même être certain du résultat?

R: Les bénévoles de la Fédération ont une disponibilité limitée et reçoivent beaucoup plus de demandes que ce qu’ils peuvent traiter. Vérifier ou obtenir le droit de circuler demande beaucoup d’effort et les bénévoles qui le font veulent s’assurer qu’ils y travaillent au profit d’un club qui a des membres motivés qui mettront le réseau en place une fois que le droit de circuler y sera confirmé. Le minimum de trois Membres-Accès demandés nous semble plus que raisonnable. Nous comprenons mal la réticence face à ce point. Les gens sont prêts à inviter leurs amis à aller rouler dans des endroits où ils ne savent pas s’ils ont droit d’y circuler en y risquant des constats d’infraction de plusieurs centaines de dollars chacun mais ils ne sont pas prêt à convaincre deux amis de débourser 125$ pour lancer le processus de vérification et d’assistance

EXPRIMEZ-VOUS SUR CET ARTICLE… NOUS VOULONS VOUS ENTENDRE!

Profile photo of MOD4x4.com

Auteur:

6 Commentaires

  1. MUDKILL dit :

    Enfin, une réponse pleine de savoir vive et intelligente. J’espère que «les chialeux» auront leurs comptes dans ses explications complète et comprendront que la Fédération n’est rien d’autre qu’un organisme aux servives des CLUBS. L’ignorance fait peur.

  2. Guillaume Caron dit :

    Finalement, l’article de Isabelle a eu son utilité (faire réagir la fédé) C’est un peu de la pub qu’elle leur a fait, une petite dose de provocation, une petite dose de controverse et beaucoup de visibilité

  3. Marc TheBuzzer dit :

    Ça semble bien répondre aux questions car aucun commentaire après qqs heures, bravo à la fédération d’avoir répondu rapidement aux critiques et interrogations! Maintenant il reste qu’à travailler main dans la main pour redorer l’image du 4×4! Respectons la nature en entretenant nos machines et en respectant les chemins prévus au 4×4!

  4. Ronald Morel dit :

    Bravo à la fédération pour avoir répondu aussi rapidement aux nombreuses questions soulevées dans la première partie de l’article. Bravo aussi pour l’intelligence des réponses.

    Finalement, merci à Mod 4X4 de l’avoir publiée intégralement en reconnaissant la rapidité avec cette réponse est arrivée.

    J’attends avec impatience la partie finale de votre article.

  5. Luc Valcourt dit :

    Enfin on a eu droit à un article complet représentant bien les deux côtés de la médaille. Finalement le travail a été bien fait.

  6. Joel Libersan dit :

    Je suis d’accord avec Guillaume Caron.

    Je suis convaincu que MOD 4X4 ne voulait pas dénigrer la fédération, mais soulever le débat pour faire valoir publiquement les critiques contre NOTRE fédération et obtenir les réponses de celle-ci à ces critiques.

    J’entends moi-même des critiques sur la FC4X4Q ou sur le fait d’y adhérer ou non. Cette controverse va répondre aux détracteurs de la fédération.

    Bravo à Isabelle et à MOD 4X4 pour avoir eu le courage de provoquer cette controverse et donner la chance à la Fédération de répondre à un seul endroit aux critiques qui fusent de partout.

    Bravo à la FC4X4Q d’avoir donner une réponse rapide et très intelligente.

Laissez un commentaire





Image CAPTCHA
*