Logo

Bienvenue!

Devenez membres de mod4x4.com pour créer des liens avec les autres membres du site, former des groupes et gagner des badges.


Inscription

L'inscription est facile et rapide. Vous n'avez qu'à remplir les champs et votre inscription sera complété.

Mot de passe oublié?

Un nouveau mot de passe vous sera envoyé par courriel.

Connexion de membres

logo MOD 4X4

Courir avant de marcher, une mode dans le monde de la modification de véhicules! (Partie 1)

fail

Texte par : Alexandre Thibault, chroniqueur MOD4x4

Ceci est vrai dans plusieurs cas, mais concentrons-nous sur le milieu de la modification automobile (et plus spécifiquement, le 4×4 hors-route). Je ne suis pas un gourou et je n’ai pas la science infuse ni la prétention de l’avoir, mais j’ai tout de même assez d’expérience pour vous parler de ce phénomène qui, à tout coups, ne manque pas de me faire sourire (ou même sacrer si je fais de la ‘’trail’’ avec certains genres d’individus). Mais commençons par le début. Le phénomène dont je parle est présent dans deux grands groupes distincts :

  • Les inexpérimentés : Dans cette catégorie, nous retrouvons tous ceux qui commencent dans notre magnifique passion. Cette catégorie ne me dérange pas vraiment car on ne peut blâmer quelqu’un pour ce qu’il ne sait pas. Dans ma tête, c’est même à nous, tous ceux plus expérimentés dans le milieu, à transmettre nos connaissances à ces nouveaux-venus pour que leur expérience dans le 4×4 hors-route soit des plus plaisante possible.
  • Les insouciants (aussi connus sous le nom ‘’ti-counes’’) : Cette catégorie me chicote beaucoup plus. On y retrouve tous ceux qui savent ce qui devrait être fait mais choisissent en toute connaissance de cause de ne pas le faire et qui par la suite dépendent souvent des autres pour se sortir de fâcheuses situations.

Je m’adresse surtout à la première catégorie car malheureusement, la deuxième a souvent une attitude suffisante et ne veut pas se faire conseiller. Maintenant que la table est mise et qu’on sait tous de qui je parle, entrons dans le vif du sujet.

On a tous déjà vu, que ce soit dans un ‘’meet’’ d’autos modifiées ou dans un évènement de 4×4 quelconque, IMAG0890des véhicules modifiés qui, au premier coup d’œil, nous amènent à se demander l’ordre de priorités du propriétaire. Je vous donne un exemple courant pour bien illustrer ce dont je parle : un civic 95 avec un ‘’swap’’ moteur du japon, une entrée d’air modifiée, une ligne d’échappement haute performance, une suspension surbaissée (souvent faite maison en coupant les ressorts soi-même) et un kit de jupes et déflecteurs ainsi qu’un aileron. Le véhicule peut avoir un beau look, avoir l’air rapide et efficace mais malheureusement, la plupart du temps, le budget est mis sur tout ce qui est tape-à-l’œil. On s’entend pour dire qu’avec un véhicule poussé à ses limites, ce serait une bonne idée de s’assurer que toute la mécanique de base est en bonne santé avant de commencer à mettre de l’argent sur des améliorations de performance moteur. Un moteur plus puissant est bien excitant, mais est-il sécuritaire de faire de la vitesse avec un véhicule dont la géométrie de suspension n’a pas été testée (suspension surbaissée maison)? Dont les ‘’bearings’’ de roues sont peut-être finis? Dont les freins n’ont pas été modifiés? Etc…

Mais assez parlé d’auto, je ne faisais qu’illustrer mon point avec un exemple que nous avons tous déjà vu. Le même phénomène se voit dans le monde du 4×4 hors-route. J’écris donc cet article pour dresser une liste qui, selon mon humble avis, vous aidera à mettre vos projets futurs en ordre de priorité vous permettant ainsi d’avoir une belle expérience, d’éviter d’être un fardeau pour ceux avec qui vous roulerez, et qui vous sauvera beaucoup de temps et de mauvaises postures. Cet article ne se veut PAS une liste de choses OBLIGATOIRES à faire mais bien une liste vous montrant ce qui peut être à prendre en ligne de compte pour s’assurer une expérience positive et de longue durée dans le monde du hors-route.

Premièrement, quand on pense faire du hors-route avec un véhicule 4×4, je crois sincèrement que les premiers investissements devraient être mis sur de l’équipement de sauvetage/recouvrement. Je parle ici d’un bon treuil ou ‘’winch’’(au minimum 1 ½ fois le poids du véhicule), de bons winchcrochets d’arrimage avant et arrière, d’une bonne ‘’sling’’, d’une corde élastique de type ‘’bungee’’ (Bubba-rope est souvent le premier nom venu en tête mais il en existe plusieurs sortes), d’un ‘’hi-lift’’ et d’un coffre à outil avec un minimum d’outils pour effectuer des réparations d’urgence dans la ‘’trail’’. Et je ne fais qu’énumérer les plus importants! Je sais que ce n’est pas autant tape-à-l’œil qu’une belle suspension surélevée et des beaux gros pneus tout neufs mais je vous promets qu’il y a beaucoup de plaisir à se faire avec un véhicule d’origine ou ‘’stock’’ et du bon équipement de recouvrement! Au moins, vous ne serez pas un poids mort pour vos amis s’il vous arrive de vous aventurer un peu trop loin pour les capacités de votre véhicule ou d’avoir un bris mécanique mineur. De plus, vous prendrez beaucoup plus d’expérience en essayant de vous frayer un chemin avec un véhicule d’origine et vous en tirerez même une plus grande fierté!

Quand vient le temps de mettre une suspension surélevée et des plus gros pneus, il y a aussi une liste de facteurs à prendre en ligne de compte pour s’éviter bien des maux de têtes et de dépenser dans des solutions ‘’plaster’’ qui n’ont pour but que de régler des problèmes ayant pu être évités au départ. Tout d’abord, il faut savoir que le simple fait de surélever un véhicule en change l’aérodynamisme et donc, en augmente la consommation d’essence. Ajoutez à cela le poids augmenté des pneus, la différence de superficie d’air déplacé par les pneus et la force supplémentaire demandée au moteur pour faire bouger ces plus gros pneus et vous aurez une recette explosive ce qui fera en sorte que votre véhicule consommera excessivement, manquera de puissance et ne se comportera pas comme vous le souhaiteriez. Aussi, dépendamment de la marque de la suspension, la géométrie et le comportement (‘’spring rate’’ et dureté des amortisseurs) du véhicule peuvent changer grandement la tenue de route. Le plus important, je crois, quand vient le temps de magasiner pour surélever son véhicule est de bien faire ses devoirs. Je veux dire par là qu’avec toute l’information disponible (internet, forums, garages spécialisés, magazines, etc…), vous avez tous les outils nécessaires pour faire des achats éclairés et ciblés selon vos besoins.

Concernant les solutions dont je parlais au début, celle qui est le plus souvent sous-estimée est de changer le ratio des ‘’gears’’ de son différentiel. Pour en avoir fait l’essai sur quelques véhicules, la différence que peut faire ce changement est de loin la plus marquée, et ce dans plusieurs sphères. Que ce soit pour la consommation d’essence, labacklash réponse à l’accélération, le comportement de la transmission, le maintien d’une vitesse de croisière sans avoir à ‘’downshifter’’ ou même la facilité à franchir des obstacles, le ratio à un rôle énorme à jouer dans l’équation. Augmenter le ratio (ex : passer de 3.73 :1 à 4.10 :1) aura pour effet d’accroitre le nombre de tours nécessaires par le moteur pour faire faire un tour complet aux roues ce qui augmentera la force déployée. J’entrerai dans les détails de ce concept dans un article ultérieur pour ceux qui auraient besoin de plus d’explication sur ce principe. Entre-temps, si vous voulez modifier votre ratio de différentiel, je vous conseille fortement d’aller voir un spécialiste et de poser beaucoup de questions pour vous faire une bonne idée de vos besoins. Assurez-vous aussi de savoir quelle utilisation vous prévoyez faire du véhicule car ça a une incidence majeure sur le choix à faire.

Après le ratio, une autre avenue sous-estimée est le système de freinage. Le poids augmenté des pneus résultera en une augmentation de l’énergie cinétique (masse x accélération/vitesse) du véhicule et, si vous vous intéressez un peu à la physique, vous aurez compris que le système de freinage de tout véhicule utilise la friction pour transformer l’énergie cinétique en énergie thermique (chaleur). Rien ne se perd et rien ne se créé, tout se transforme! Donc, si j’ai une énergie cinétique plus grande, j’aurai aussi une énergie thermique plus grande. Plus de chaleur peut engendrer une multitude de problèmes de freins comme l’usure prématurée, un ‘’glaçage’’ des tambours de freins, une déformation des disques ou même un bris des étriers. Sachant cela, des disques haute performance ventilés, des plaquettes haute performance résistant mieux à la chaleur et même, dans certaines applications, une conversion de freins à tambours (drums) pour des freins à disques peuvent toutes être des améliorations à envisager sérieusement.

Ensuite vient la transmission. Pour une transmission manuelle, les impacts seront un peu moindres quoique si vous grossissez de beaucoup vos pneus, un embrayage (clutch) de qualité pourrait être une avenue à regarder pour éviter tout glissement excessif. C’est vrai autant pour une transmission manuelle qu’automatique, la chaleur est l’ennemi 018numéro un! Et, comme pour les freins, la friction engendre cette chaleur. Alors si votre embrayage glisse, il fait surchauffer la transmission et peut apporter des conséquences catastrophiques pour la survie de celle-ci. C’est encore plus vrai dans le cas d’une transmission automatique où les embrayages se font automatiquement. En faisant forcer davantage notre transmission automatique, on s’expose souvent à plus de glissement. Donc, un radiateur à transmission peut être une excellente solution pour garder la transmission plus froide. Dépendamment aussi du ‘’set-up’’, quelques modifications pourraient être apportées à la transmission pour la blinder (shift kit, embrayages de plus haute qualité, etc…). Une chose qui ne coûte pas bien cher et qui vous gardera l’esprit tranquille est un indicateur de température à transmission. Avec ça, vous savez toujours ce qui se passe à l’intérieur et si elle commence à chauffer, vous pouvez lui donner un répit ou adapter votre conduite en conséquence. Si vous remorquez avec votre véhicule, ceci est d’autant plus important! Le changement du ratio des différentiels aidera aussi grandement à diminuer le glissement en faisant moins forcer la transmission.

Je vais arrêter ici pour cet article question de vous laisser mijoter tout ça et de ne pas trop vous bourrer le crâne d’informations. Revenez pour la deuxième partie ou je parlerai du blindage du véhicule (plaques de protection, couverts de différentiels, ‘’rocksliders’’, ‘’bumpers’’, etc…), d’éclairage (ajuster les phares avants pour compenser la hauteur du véhicule, avoir du bon éclairage qui ne draine pas trop le système électrique pour pouvoir se sortir d’impasses même le soir ou la nuit, etc…) de l’importance de se traîner un pneu de rechange et bien d’autres choses à penser! Je réitère aussi le point que cet article ne dit pas que ces choses sont obligatoires, mais qu’elles sont à considérer pour une expérience positive et de longue durée!

Vivre hors-route… Penser hors-norme…

6 Commentaires

  1. Yannick dit :

    Très bonne article mec … de très bons conseil pour les débutant !! deux Thumps Up

  2. Isabelle dit :

    Good, très bonne article Alex.

  3. Yan Solo B dit :

    Yes!!!!!!
    100% rien a rajouter,
    le plus malheureux c’est que les « Mr. jesaistout » ne le liront pas puisque ils savent tout!!!!!!
    —C’est un métier qui s’apprend!! et qui s’améliore avec l’expérience!!!!

  4. Merci, c’est l’fun de voir que je ne suis pas seul à penser comme ça!

Laissez un commentaire





Image CAPTCHA
*