Logo

Bienvenue!

Devenez membres de mod4x4.com pour créer des liens avec les autres membres du site, former des groupes et gagner des badges.


Inscription

L'inscription est facile et rapide. Vous n'avez qu'à remplir les champs et votre inscription sera complété.

Mot de passe oublié?

Un nouveau mot de passe vous sera envoyé par courriel.

Connexion de membres

logo MOD 4X4

Mon expérience de rallye, deuxième partie.

Un mois plus tard, j’écris enfin ces lignes à propos de mon expérience vécue lors du Trophée Roses des Sables de cette année. Le retour fut très mouvementé et j’ai voulu prendre le temps de faire une rétrospective de mon expérience pour vous la raconter.

Notre décollage de Montréal, le 2 octobre dernier, a été riche en émotions. Nous commencions à vraiment réaliser que nos deux dernières années d’efforts ont enfin porté fruit et que nous allions quitter famille et amis pour trois grandes semaines et demie.

À notre arrivée en France, c’était des petites routes étroites et des carrefours giratoires partout. Ajoutez à cela le décalage et l’absence de sommeil depuis 30 heures, et ça donne deux filles complètement dépaysées. Le propriétaire du véhicule nous attendait à 6h du matin (heure de France) à l’aéroport avec les clés de notre « Bombe » et m’a demandé de prendre le volant. Son seul conseil a été : « attention, ici c’est étroit et les gens s’arrêtent directement aux feux de circulation et non un peu avant comme en Amérique. » Nous avons surnommé notre camion « Bombe », car il détonnait par rapport aux petits véhicules de promenade conduits par les Français. Dans ces circonstances, conduire un gros 4×4, trouver du stationnement, ou seulement de circuler dans les rues étroites est un défi en soi.

Nous avons donc commencé notre descente vers Ciboure, le point de départ du rallye. Ciboure est un petit village en bordure de l’Espagne où toutes les Roses se sont rassemblées le 8 octobre pour le départ. Question de voir du pays durant le trajet vers Ciboure, nous nous sommes arrêtées à plusieurs endroits pour visiter et pour dormir, dont St-Émilion, le bassin d’Arcachon, et la dune du Pyla. À ces endroits, nous avons fait plusieurs rencontres de gens très accueillants qui ont su nous charmer dès le départ. Les Français adorent l’accent québécois, alors dès qu’on nous entend parler, plusieurs personnes nous abordent.

Nous sommes donc arrivées à Ciboure quelques jours d’avance, ce qui nous a permis d’organiser un souper avec plusieurs Roses québécoises qui prenaient le départ avec nous. Super soirée agréable qui nous a permis de tisser des liens avec plusieurs d’entres elles. D’une certaine façon, c’était très rassurant d’être avec toutes ces filles, pour partager nos imagequestionnements et nos craintes. Dès lors, nous avons vite oublié nos longues levées de fonds et avons embarqué dans cette aventure à pieds joints! Nous en avons profité pour faire les derniers préparatifs : acheter la nourriture pour le désert, poser nos autocollants sur le camion, installer l’appareil IrriTrack afin que l’organisation puisse nous suivre par GPS, etc. Chaque petit détail réglé nous rapprochait du départ. Puis est arrivé notre premier pépin. À l’inspection du véhicule, les mécanos nous ont dit que la date de l’inspection du véhicule était périmée et qu’il fallait donc qu’une nouvelle inspection soit faite rapidement. Heureusement, Pascal Gauthier, notre loueur de camion, nous as donné les sommes nécessaires et les gens du Trophée ont trouvé un garage qui pouvait faire l’inspection dans la prochaine heure! C’était moins une, car le départ s’en venait et nous devions être prêtes et avoir un véhicule en ordre. Cette inspection fut également rassurante, puisqu’aucun ennui mécanique n’a été décelé.

Le départ fut donné le 9 octobre à 13h précisément. Notre cortège se faisait remarquer : klaxons, sirènes et lumières allumées; les gens nous saluaient de partout. Nous nous sentions vraiment spéciales à ce moment-là. Plusieurs personnes nous envient, d’autres disent qui ne pourraient jamais faire cela. Environ 45 minutes après notre départ, nous arrivions en Espagne, afin de la traverser au complet en 1 journée et demie. J’ai peu de chose à dire sur l’Espagne, puisqu’on a été sur l’autoroute tout le long. Mais nous traversions des champs d’olives et c’était de très beaux paysages. Rendues au détroit de Gibraltar, nous avons pris le traversier pour changer de continent. Destination : la ville de Tanger, au Maroc

Je ne vous raconterai pas tous les détails de notre aventure jour par jour, car vous pouvez les trouver sur notre blogue d’équipage. Nous avons pris soin de détailler chaque journée en détail sur le blogue. http://lesintrepidesdesdunes.trophee-roses-des-sables.org/

Chose certaine, je ne regrette aucunement cette aventure que j’ai vécue dans le désert. On oublie très rapidement imagetoutes les heures passées à faire des levées de fonds et envoyer des courriels pour les quelques dollars que l’on pouvait se faire offrir. Bien que mon expérience de 4×4 se limite surtout aux conditions du Québec, je me suis très bien débrouillée avec la conduite dans le désert. Je n’ai pas eu de véritable « défi ». Par contre, cela ne veut pas dire que c’était décevant, au contraire. Ce que nous avons vécu là-bas est tout simplement grandiose. La conduite dans les dunes de Merzouga m’a complètement charmée! Un jour je me promets bien d’y retourner, car l’expérience est indescriptible. Au Québec, on cherche toujours une roche plus grosse et plus dure àimage passer, et bien parallèlement là-bas, on cherche une dune plus grande et plus haute à monter! Pour les femmes néophytes qui désirent s’embarquer dans une expérience semblable, je vous dirais d’y aller sans hésiter. Ce n’est pas parce que vous n’avez pas d’expérience dans la conduite hors route que vous ne seriez pas capables. Il faut simplement croire en soi et vouloir relever des défis. Pour certaines, le défi était simplement de dormir dans des tentes marocaines; pour d’autres, c’était de vivre une tempête de sable. Il faut passer par-dessus nos inconforts, et cela nous apprend beaucoup de choses sur nous-mêmes.

imageEn terminant, si vous songez à participer à une aventure comme celle-ci, je ne vous conseille pas un rallye en particulier. Je crois que vous devez vous-même déterminer le défi que vous voulez vous donner. Certaines organisations sont plus commerciales, d’autres sont plus simples mais plus près des communautés. Vérifiez les périodes de l’année durant lesquelles se déroules les rallyes afin qu’elles puissent concorder avec vos vacances. De plus, tentez de trouver d’anciennes participantes qui sauront répondre à vos questions et vous donner des conseils. Si vous n’en trouvez pas, venez me voir! Chacune des anciennes participantes prendra le temps de vous raconter leurs expériences. Vous pourrez donc faire un choix plus objectif sur le rallye que vous choisirez pour faire ce trip d’une vie!

Profile photo of Melanie Meunier

Auteur:

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Laissez un commentaire





Image CAPTCHA
*